Sélectionner une page

Quand le volume de travail diminue, je me pose toujours la question « qu’est-ce que je pourrais bien faire d’autre comme métier »? Chaque fois je regarde ce que j’ai fait dans le passé pour me rendre compte que je ne m’en sortirai pas, j’ai le design dans le sang et l’écoconception dans le cœur. J’ai touché à beaucoup d’aspects de la conception au fil des années! Dès l’université en 1990 environ, avec mes cours complémentaires en architecture solaire (j’étais probablement dans les 10 personnes au Québec à vraiment aimer ça!) je rêvais de maisons construites avec des matériaux plus naturels, orientées vers le soleil et que tout le monde puisse profiter de cette énergie gratuite. J’étais loin de m’imaginer que ça prendrait 20 ans avant qu’il existe vraiment un intérêt pour ce type d’architecture au Québec. Maintenant je vois bien que ça prenait au préalable une véritable tendance à la hausse du coût de l’énergie, et de la part de la population, une bonne connaissance des avantages de l’écoconstruction en plus d’une bien meilleure conscience des enjeux écologiques.

J’ai donc travaillé des années à faire de l’architecture et de l’aménagement résidentiel en proposant quelques principes solaires ou écologiques quand mes clients démontraient un peu d’ouverture. En 2006 j’ai eu un signe inattendu me montrant que les choses n’en resteraient pas là. On m’a appelé pour m’offrir d’enseigner au collège. Après donc 14 ans de métier à trouver que l’intérêt pour l’architecture écologique prenait beaucoup de temps à prendre du galon, j’ai sauté sur cette occasion exceptionnelle d’aller plus loin dans ma passion. J’y ai découvert le plaisir de préparer et transmettre mes connaissances et mon intérêt pour l’écoconception. Ici à Rimouski, le Cégep met l’accent depuis déjà quelques années pour former la relève pour faire de l’architecture plus saine, parce que la demande est bel et bien présente sur le marché. Il faut dire qu’il y a maintenant plusieurs produits et façons de faire qui ont été expérimentés et qui ont fait leurs preuves. Comme dans tous les changements de notre société, il faut être patient et persévérant parce qu’il faut du temps pour faire évoluer les mentalités. Mais beaucoup restent à faire. Bien des constructeurs doivent encore accepter de changer leurs façons de faire. Même certains devraient apprendre à respecter les demandes plus écologiques de leurs clients potentiels en refusant des contrats. Ce serait préférable à l’utilisation de faux prétexte d’augmentation des coûts ou d’indisponibilité de produits pour tenter de faire changer d’idée ces personnes plus ouvertes aux changements.

Je me rends donc compte que je vis maintenant ce que logiquement je suis rendu à vivre. Suite à ma proposition de service cette fois, en 2016 j’ai commencé à participer à des conférences à titre d’expert en design d’intérieur pour Solution ERA. Et là j’ai pu mesurer ma capacité à vulgariser des concepts devant parfois 200 personnes. Je me suis découvert une bonne adaptation au stresse mais aussi l’immense plaisir d’y participer et le grand sentiment de satisfaction d’avoir accompli quelque chose d’utile pour le bien de plusieurs personnes.

J’ai donc le goût, plus que jamais, de poursuivre l’exercice de mon métier de concepteur, d’enseigner ce métier et d’en faire connaître les joies et défis, mais aussi de vulgariser les concepts et les moyens d’avoir accès à des espaces sains pour tous. Ce n’est que le début, mais c’est l’objectif de cette plate-forme Mon prof designer.

Deviens membre gratuitement

de mon site Mon prof designer.com et sois avisé en priorité de mes nouvelles publications, des nouvelles formations et plus!

 Écodesign

Écoconstruction

Merci ! Il vous reste à confirmer votre courriel en allant à votre boite de réception de courriel ou dans les Spams. À bientôt !

Share This